Les pionniers Imprimer Envoyer

Au milieu du 20ème siècle, les soins palliatifs émergent, portés par des personnalités chevronnées et volontaires. Trois médecins, figures marquantes, jalonnent l’histoire des soins palliatifs :
  • Dr Cicely Saunders en Grande Bretagne
  • Dr Elisabeth Kubler Ross aux Etats-Unis
  • Dr Balfour Mount au Canada.
      

Cicely Saunders et le Sint Christopher’s Hospice (Londres- UK)

Si la prise en charge des personnes en fin de vie a connu des prémisses dès le 17ème siècle avec le développement des hospices, la naissance des soins palliatifs est étroitement liée à l’année 1967 et à la fondation du St Christopher Hospice à Londres.

Cicely Saunders (1919 – 2005) est considérée comme la pionnière des soins palliatifs. Elle a, dans un premier temps, été infirmière et travailleuse sociale avant de reprendre en 1952 des études de médecine. Très tôt interpellée par la fin de vie et la souffrance des mourants, elle s’est investie dans un hospice anglais, l’hôpital Saint-Luc spécialisé dans l’accueil des cancéreux et des tuberculeux. Elle y découvre les spécificités de la prise en charge en fin de vie, très innovantes par rapport aux pratiques de l’époque : travail en équipe, contrôle de la douleur par un dosage adapté d’analgésiques opiacés. Son expérience, ses rencontres avec les patients en fin de vie ont fait émerger le concept de la "douleur totale", en tant que souffrance aux multiples aspects, tant morale, physique, sociale, psychologique que spirituelle.

Portée par la volonté de faire reconnaître l’importance de la mort et de donner à la fin de vie une attention toute particulière, Cecilly Saunders s’est lancée dans la recherche de fonds et dans la constitution d’une équipe soudée pour fonder le Sint Christopher’s Hospice, où seront développés les soins palliatifs, "convergence de la prise en charge technique et de l’accompagnement". L’Hospice Sint Christophers a été (et est encore actuellement) un modèle pour le développement d’unités d’accueil des personnes en fin de vie, aussi bien au Grande-Bretagne que dans le reste du monde. Sa vie durant, Cecilly Saunders s’est consacrée à la reconnaissance de la vie jusqu’au bout et au développement des soins palliatifs.

Dr Elisabeth Kubler Ross (USA)

Elisabeth Kubler Ross (Zurich 1926 – Scottsdale, Arizona 2004), psychiatre et professeure, a ouvert la voie de l'accompagnement des mourants. Elle a introduit dans ses cours de médecine la notion de la mort comme une des étapes à part entière du cycle de la vie et a initié ses étudiants à l’écoute et l’empathie dans la prise en charge médicale. Auteure très prolifique, elle a publié une trentaine d’ouvrages dont plusieurs sont des best-sellers. Une théorie défendue dans l’un d’entre eux, "Les derniers instants de la vie", présentait la succession des étapes traversées par le patient en fin de vie (dénégation, colère, marchandage, dépression, acceptation), étapes du deuil de soi.

Elisabeth Kubler-Ross est à l'origine des premiers écrits sur le deuil, et a contribué à faire naître le mouvement des soins palliatifs.

Voir aussi : http://www.elisabethkublerross.com/ - http://ekr.france.free.fr/

Dr. Balfour Mount (Canada)

Dr. Balfour MOUNT (né à Ottawa 1939) est chirurgien de formation et s’est réorienté, au début des années ’70, vers la question de la fin de vie après avoir découvert les écrits d’E. Kubbler Ross. Il a alors mené une étude faisant un état des lieux de la fin de vie à Montréal. Ses conclusions ont révélés que les patients en fin de vie étaient très souvent abandonnés, douloureux et que les réponses des soignants étaient inadaptées. Le Dr Mount est allé visiter le St Christopher’s Hospice. Impressionné de son séjour à Londres, il revient au Canada avec la volonté d’adapter le concept des hospices anglais à la réalité de son pays. Il crée une unité de soins palliatifs annexée à l’Hôpital Royal Victoria. Ce projet pilote comprenait déjà une équipe pluridisciplinaire, une cellule d’accompagnement au deuil, un soutien aux suivis du domicile.

Le mot hospice étant déjà utilisé en français pour désigner les maisons de repos pour personnes âgées, le Dr Mount a préféré le terme "pallier" (susceptible d’améliorer la qualité de quelque chose) pour désigner la méthode de soins qu’il défend.  Le lancement de son projet a fait entrer la notion de "soins palliatifs" dans le langage actuel. Le Dr Mount est le père des soins palliatifs au Canada